L'économicité d'EDF. La politique tarifaire d'Electricité de France et la reconstruction de l'Economie nationale, de la nationalisation au milieu des années 1960. - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue Politix Année : 2014

L'économicité d'EDF. La politique tarifaire d'Electricité de France et la reconstruction de l'Economie nationale, de la nationalisation au milieu des années 1960.

(1)
1
Guillaume Yon
  • Fonction : Auteur
  • PersonId : 934915

Résumé

The économicité of EDF. The economic policy carried out in post-war France is usually qualified as Keynesian. However, recent work draws attention to the ambivalences and contradictions of this particular historical configuration. By building on such hypothesis, the article focuses on the pricing policy of Électricité de France, a public monopoly that covered a whole area of the economy : the production, transportation and distribution of electricity for all citizens of the nation, without exception. The inquiry proposes to suspend the rhetoric used by the actors, who considered the issue as a technical problem of economic efficiency, in order to demonstrate that pricing deployed a very specific ordering of the French economy. Conducted by Marcel Boiteux and Pierre Massé, the operation relied on the Corps de l'État and the economic theory developed by one of their tutelary figure, Maurice Allais. It established EDF's Economic Studies Service as a central aggregator that directed the flows of materials in order to fully use the production capacities, as in time of war. But - and this is a characteristic of the studied configuration - the long-term planning created a market within the state monopoly and prices became a mean to discipline the consumers-citizens. The article thus shows that in the 1950s other economic agencements existed alongside Keynesianism and argues for a plural vision of the French economy of that time.
La politique économique menée dans la France de l'après-guerre est usuellement qualifiée de keynésienne. Un certain nombre d'études récentes ont cependant attiré l'attention sur les ambivalences et les contradictions de cette configuration, qui semble se craqueler dès les années 1950. Saisissant cette hypothèse de travail, le présent article s'intéresse à la politique tarifaire d'Électricité de France (EDF), monopole public qui couvre un pan entier de l'économie, et non des moindres : la production, le transport et la distribution de l'électricité, pour tous les consommateurs de la nation, sans exception. Contournant le discours des acteurs, qui considèrent la question sous l'angle d'un pur problème technique d'efficacité économique, l'enquête cherche à montrer qu'à partir de la tarification se déploie une " mise en ordre " de l'économie française très particulière. Appuyée sur les grands Corps de l'État, dirigée par la figure tutélaire de Maurice Allais, mise en œuvre par Marcel Boiteux et Pierre Massé, elle instaure le Service des études économiques générales d'EDF en agrégateur central qui oriente les flux de matière de façon à utiliser à plein les capacités de production, comme en temps de guerre. Mais, singularité profonde du régime étudié, cette planification de long terme fait advenir, au sein même d'un monopole d'État, un marché : les prix sont un appui pour discipliner les consommateurs. L'article propose donc de se doter d'une vision plurielle de l'économie française de l'époque : à côté du keynésianisme, d'autres agencements voient le jour, dès la fin de la guerre.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-01058776 , version 1 (28-08-2014)

Identifiants

Citer

Guillaume Yon. L'économicité d'EDF. La politique tarifaire d'Electricité de France et la reconstruction de l'Economie nationale, de la nationalisation au milieu des années 1960.. Politix, 2014, 105, pp.91-115. ⟨10.3917/pox.105.0091⟩. ⟨hal-01058776⟩
281 Consultations
0 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More